Que manger en période de stress ?

0

Le mois de juin est le mois où l’on commence à sentir l’été, mais c’est aussi celui des examens ! Et l’on connaît l’importance du stress pendant ces périodes. Alors que faut-il manger pour mieux gérer ses angoisses, avant et pendant les contrôles ?

stress alimentation examen

Vous allez adorer les vitamines du groupe B !

Nous n’allons pas ici parler de méditation ou de yoga pour vous détendre mais cela fait bien sûr partie de la campagne antistress qu’il faut mener. L’alimentation a aussi son importance car le corps est sollicité de manière particulière provoquant des déséquilibres internes. Le stress va modifier le comportement habituel des neurotransmetteurs et des hormones. Et pour palier à ce changement, l’organisme va piocher dans ses ressources. Pour éviter justement ces troubles, il est possible de les compenser en ajoutant de la vitamine B à son alimentation. Où en trouver ? Dans le blé complet mais aussi les pistaches, le thon ou encore l’ail cru.

Pour améliorer le sommeil, il suffit d’ajouter des amandes, du poulet, du fromage ou encore de l’avocat.

Surveiller et préserver le magnésium

On sait à quel point le magnésium est important au corps. Et en période longue de stress, on va en surconsommer et donc provoquer un déficit qui entraîner un mal être. Pour contrer ce cercle non vertueux, il faut choisir par exemple des eaux riches en minéraux et … du chocolat noir ! C’est la bonne nouvelle de cet article mais 90% de cacao. Si vous aimez les fruits de mer, c’est aussi le moment d’en manger.

Dompter la faim émotionnelle

Nous avons déjà évoqué ce qu’est la faim émotionnelle : elle est le contraire de la faim physiologique. C’est-à-dire que l’on se nourrit alors que notre corps n’en a pas besoin. C’est le cas lorsque l’on s’ennuie ou qu’on s’angoisse. Dans le cas de la préparation aux examens, la faim émotionnelle est très présente et l’on a tendance à se jeter sur les sucreries qui procurent un certain bien-être et aussi une forme de « boost » que procure le glucose.
Pour éviter ce comportement, il n faut pas hésiter à fractionner ses repas en mangeant plus souvent mais des quantités plus petites. Pour autant, on cuisine des produits frais, même si c’est des plats très simples, et on ne cède pas aux produits ultra-transformés contiennent trop de sel, de sucre et de trop nombreux additifs.

Alors maintenant, il ne reste plus qu’à travailler !

Partager.

A propos de l'auteur